Techniques de taille

Les gemmologues utilisent le terme de « taille » pour parler des facettes et de leurs proportions à la surface du diamant. La coupe est un paramètre primordial : c’est ce qui détermine la brillance, l’éclat de la pierre. Il ne s’agit pas de la dimension du diamant, mais de la manière dont il est taillé.

C’est l’art de la taille qui donne au diamant son éclat, sa brillance, sa façon unique de jouer avec la lumière. Le positionnement précis des facettes détermine la beauté de la pierre. La manière dont le diamant est taillé permet à la lumière d’entrer dans la pierre et de pouvoir en ressortir. Pour un effet de brillance optimale, la lumière doit pouvoir pénétrer le cœur du diamant.

Il est préférable que les facettes soient parfaitement alignées pour un accord géométrique absolu. De nombreuses grandes marques comme De Beers par exemple, admettent que le diamant taillé en rond est celui qui brille le mieux. Sa coupe ronde reçoit mieux la lumière et permet à la pierre de scintiller de mille feux.
Généralement, le solitaire sur la bague de fiançailles se veut rond. Ce qui compte c’est le nombre de facettes. Il faut trouver le nombre le plus efficace pour optimiser le renvoi de lumière. Un nombre plus élevé de facettes n’assure pas plus de brillance, au contraire : en augmentant le nombre de facettes, on réduit la brillance.