Le Processus de Kimberley est une association regroupant des ONG et le conseil Mondial du Diamant afin de mettre un terme au diamant du sang.

Effectivement,des diamants bruts ont été exploités afin de financer des achats d’armes par les rebelles, ce qui alimentait des guerres et conflits dans les régions de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, de la République démocratique du Congo ou la Sierra Leone.

Les diamantaires ayant signés la charte du Processus de Kimberley s’engagent à déterminer la traçabilité complète du diamant qui n’entre pas dans le diamant du sang.
Le processus compte 48 membres représentants 74 pays. Certaines conditions sont bien surs imposées aux sociétés diamantaires ayant signées la charte. Elles sont également tenues de prévoir des contrôles des exportations, des importations et des échanges nationaux de diamants bruts et de s’engager envers la transparence et l’échange des données statistiques, d’autre part, chaque diamants bruts échangés doivent s’accompagner d’un certificat garantissant qu’ils n’ont pas servi à un conflit.